J.O. : La pollution de l’eau pose question.

4619952_6_1c19_des-aloses-allosa-fallax-flottent-a-la_c1da9714277a1ffb69123843d14d8ed7

 

 

« Les athlètes vont littéralement nager dans de la m**** humaine […]. »

La petite phrase lâchée par le Dr Daniel Becker, médecin pédiatre à Rio, a fait le tour des réseaux sociaux et des médias tout le long de la semaine dernière. Depuis des années, les différents experts tirent la sonnette d’alarme sur la qualité de l’eau à Rio, et l’absence manifeste de réaction de la part des autorités.

 

jo-2016-la-pollution-des-eaux-de-rio-inquiete-les-specialistes

 

Détritus, hydrocarbures, rejets urbains font tristement parti du paysage des baies de Rio. Un problème de pollution qui entraine une question récurrente de santé publique depuis plusieurs années, mais ostensiblement ignorée par les autorités locales alors que la ville accueille actuellement les Jeux Olympiques d’été.

Une pollution des eaux déjà dénoncée en mai 2016, lors du passage du championnat du Monde de surf WSL à Rio. Une partie des compétiteurs avait déclaré forfait craignant pour leur santé, tandis qu’une autre partie avait menacé de boycotter la compétition si le site de compétition, initialement prévu à Baja de Tijuca (à quelques centaines de mètres du site qui accueillera l’épreuve olympique de natation marathon par exemple) n’était pas déplacé. Devant la pression, l’organisation avait alors été obligée de céder.

Si la qualité de l’eau aura un impact important sur la santé des athlètes qui participeront à la compétition olympique, mais cette nouvelle met aussi en lumière un grave problème de pollution permanente des eaux au Brésil. Rappelons que des eaux polluées peuvent entrainer, à court terme, des problème de diarrhée, de nausée, d’irritation cutanées graves… Malheureusement, c’est toute une population qui vit quotidiennement en contact avec cet environnement aquatique gravement altéré, et qui connait des problèmes de santé bien plus graves en raison d’une exposition régulière à cette pollution.

Le Comité Organisateur des Jeux Olympiques de Rio avait promis une dépollution des eaux de la baie à 80%, il y a 8 ans, lors de la sélection de la Rio comme ville organisatrice. Une promesse non tenue quasi volontairement, puisque le budget alloué à la dépollution de l’eau annoncé dans le dossier de candidature était de 4 milliards de dollars, et a finalement été ramener à 170 millions, démontrant un manque flagrant de volonté de la part du Comité Organisateur.

Un drame écologique grave, mis en lumière par la venue des Jeux Olympiques à Rio, et qui reflète les problèmes qu’engendre l’urbanisation galopante et non maitrisée dans les nouvelles puissances émergentes comme l’Inde ou la Chine, et le besoin urgent de trouver des solutions globales et locales pour protéger notre environnement, et l’avenir de notre planète.