Norbert Fradin: « Le patrimoine français a besoin de l’intervention de tous. »

Capture d’écran 2017-04-19 à 19.01.13

Promoteur immobilier de profession, mais surtout passionné par le patrimoine et sa préservation, Norbert Fradin est l’homme qui porte le projet du Musée de la Mer et de la Marine. Il a récemment accordé un entretien à Dominique Godfrey, pour le magazine Le Festin, où il se livre au sujet de sa passion et de son action pour la préservation du patrimoine, au travers de l’acquisition et la restauration  de châteaux et monuments d’époque.

Il y a aborde son rôle dans la reprise et la rénovation de châteaux du Moyen-Âge :

Capture d’écran 2017-04-14 à 17.31.48

« Je ne cherche pas à jouer les châtelains, je ne m’en sers pas à titre personnel. Jeles conçois comme des lieux publics portés par un privé, moi en l’occurence, qui consacre de l’argent à la restauration des bâtiments et au financement des fouilles archéologiques. Et je le mets gratuitement à la disposition d’associations locales dont le rôle consiste à les montrer au public. […] C’est une forme d’action de bon aloi qui permet de valoriser ces monuments et de les préserver. Je les vois comme des éléments fédérateurs pour la région dans laquelle ils sont situés, et les travaux comme un accompagnement qui permet d’éviter leur dégradation constante. »

Il y parle également de sa manière de choisir les monuments qu’il soutient :

« Le choix, c’est toujours une rencontre avec un monument.[…] Je choisis certains lieux parce qu’il y a une action à mener, des choses à faire. Cela s’est toujours passé comme ça. Ce que je cherche, c’est de pouvoir accompagner ces monuments pour qu’ils continuent leur histoire un peu plus longtemps. Un siècle de plus. Après, dans 100 ou 150 ans, il faudra que d’autres prennent le relais. « 

Il aborde également la prolongation du Musée de la Mer et de la Marine dans la citadelle de Blaye :

« Pourquoi ne pas y faire une antenne du Musée [de la Mer et de la Marine] ? Ça a un sens, Blaye est une espèce de fil rouge entre Bordeaux et l’océan, pourquoi ne pas faire quelque chose qui soit dédié à l’estuaire ? Tous les porteurs de projet se sont réunis en commission, et nous avons signé une convention. J’ai signé le protocole au Pavillon de la Place, où a été incarcérée la duchesse de Berry, sous des plafonds qui sont prêts à s’écrouler… Maintenant, nous travaillons à la mise en place du dossier. »

Et de conclure au sujet de son engagement pour le Patrimoine :

« Pour ce qui me concerne, cela relève certainement d’un devoir, mais c’est aussi un plaisir, et j’agis naturellement. »

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le numéro du mois de mars du magazine Le Festin.