Une croisière profite de la fonte des glaces pour traverser l’Arctique.

44288

Le 23 Août 2016, le Crystal Serenity a appareillé d’Anchorage, en Alaska, pour rejoindre New York, en passant pas l’Océan Arctique.

C’est plus d’un millier de « touristes » fortunés qui a embarqué à bord du Chrystal Serenity, pour visiter la calotte glacière, profitant de la fonte des glaces, due au réchauffement climatique pour passer au travers de l’océan Arctique entre Anchorage en Alaska et New York, en passant par les îles du Grand Nord Canadien.

1251306-crystal-serenity-lors-passage-alaskaUne menace pour un écosystème déjà fragilisé.

Une traversée d’un mois qui pose un certain nombre de questions, en ce qui concerne l’étique, la préservation des espaces sauvages, pour de nombreuses associations écologistes.

En effet, c’est une des dernières régions épargnées par le tourisme de masse et les affres de la pollution moderne qui va se voir envahir par une horde de touristes fortunés, plus préoccupés par leur curiosité que par la préservation des territoires et des espèces menacées. Les ONG écologistes craignent déjà que cette première croisière ouvre la porte à d’autres croisières de masse, ce qui aurait pour conséquence d’impacter durablement une faune et une flore jusque là préservées « naturellement », mais aujourd’hui menacées par la fonte des glaces.

La sécurité en question.

Si la zone est fréquentée depuis plusieurs années par des croisières de petite taille, pour limiter l’impact écologique et logistique, la venue d’un paquebot de cette dimension pose également une question de sécurité, pour ses occupants et pour la zone visitée. En effet la région ne dispose d’aucune structure d’intervention ou d’accueil pour gérer un éventuel accident de cette dimension. Si les organisateurs de la croisières ont assurés que tout avait été envisager, les experts du domaines restent perplexes.

Une fois de plus l’homme considère la planète et l’environnement comme une ressource exploitable, sans forcément penser aux conséquence et à l’impact de son activité sur son eco-système.

Espérons que les compagnies candidates à l’exploitation touristique de l’Océan Arctique agissent de manière responsable.

Une prochaine croisière de ce type est déjà prévue pour l’été 2017.