Un musée pour la mer et la marine

musée de la mer

On n’aura pas de peine à trouver en France et dans le monde des lieux spécifiquement  consacrés à la mer et à la marine. Leur nombre et leur variété sont impressionnants, à l’image des noms et des titres sous lesquels ils ont été créés : centres océanographiques, espaces marins, cités de la mer, parcs d’attraction, conservatoires, chantiers navals ou corderie, en passant par les musées de toute nature et de toute destination, musée de la marine, musée de la pêche, musée-historial de la mer, musée-aquarium, bateau-musée, musée naval à flot ou à quai …

L’un des enseignements qui ressort de cet inventaire montre que chacun de ces lieux est dédié soit à la mer soit à la marine. Or, la première originalité qui inspire tout notre projet consiste précisément à couvrir un champ thématique universel en reliant ces deux concepts de la mer et de la marine.

La mer, c’est l’élément naturel, cet immense continent vivant qui occupe 70 % de l’espace de la terre, et à laquelle il donne sa couleur : la merveilleuse planète bleue que les cosmonautes aperçoivent depuis leur orbite spatiale. C’est à la fois cette surface mouvante qui échange avec l’air, avec le ciel, et cet univers subaquatique avec sa faune, sa flore, une réalité vertigineuse des profondeurs que rejoint un imaginaire exacerbé de mondes engloutis et d’êtres fabuleux.

La marine, elle, nous renvoie à l’histoire humaine de la mer : c’est ce que les hommes ont fait avec elle depuis l’aube de l’humanité. La mer n’a jamais été une amie de l’homme, elle est même franchement hostile à toutes les entreprises de domination. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter les skippers les plus accomplis des grandes courses au large. On ne séjourne pas sur la mer, on la franchit, ce qui impose des points de départ et des points de destinations, et de tracer des routes maritimes dans l’immensité des océans … il y faut beaucoup de courage, d’audace, de force, mais aussi une science de la mer et la dimension d’un rêve. C’est toute cette histoire des hommes aux prises avec la mer, depuis les origines jusqu’à aujourd’hui, qui remplit le concept de la marine : où l’on retrouve l’histoire et l’art des bateaux, celle des navigations et des grandes découvertes, celle des batailles navales et de la marine militaire, celle des routes commerciales et celle des pirates, celle de l’archéologie sous-marine et de la chasse aux trésors, celle de la plaisance, des grandes régates, et des croisières …

La mer et la marine ensemble, dans tout ce qu’elles sont et dans tout ce qu’elles offrent comme sujets, il fallait un musée pour en restituer la double histoire. L’ambition peut sembler démesurée, mais ce parti pris de globalité et d’universalité se pose d’abord comme un principe de conception, comme la ligne générale du développement du projet, et qui s’exprime parfaitement dans cette idée : les aventures de la mer … à la fois la mer et l’aventure humaine qui s’y est déroulée.

Des choix thématiques draconiens s’imposeront au Musée, mais ils se poseront sur les deux plans

conceptuels de la mer et de la marine. Et l’exigence primordiale sera dans la capacité du Musée à un renouvellement constant, à une évolution permanente et créatrice d’événements et de scénarios originaux.

Un Musée pour la mer et la marine, c’est un musée conçu et réalisé pour que le monde de la mer et l’épopée humaine de la marine se laissent découvrir et explorer dans leur réalité vivante et « intérieure » en même temps que dans leur histoire commune … afin que cette réalité et cette histoire soient mises en scène et reconstituées de telle sorte que le visiteur en accède à la découverte et à la connaissance, et en vive les émotions et les sensations d’une expérience partagée.